Bassinet Turquin Paysage


RENAISSANCE DU MANOIR JOENNIEMI

Type : Jardin historique
Ville, pays, date, emprise du site : Mänttä-Vilppula, Finlande, 2011, 8 ha
Mission : Concours
Maître d’ouvrage : gösta serlachius fine arts foundation

Equipe de maîtrise d’œuvre :
Architecte mandataire : Kubota & Bachmann Architects
Paysagiste : Bassinet Turquin Paysage
Ingénieur environnement : øyvind Vessia
Perspectives : Sebastien Raguel
Architects : Ikbal bouaita
Maquette : Model & co


Nous sommes au coeur de la Finlande, au bord du lac Kuroevesi.

Le Manoir est construit en 1935 par l’architecte Jarl Eklund dans un style sous influence de fonctionnalisme et d’architecture bourgeoise de la campagne anglaise. Le parc est lui dessiné par le paysagiste Paul Olsson, cette même année. C’est un jardin paysager agrémenté de figures géométriques plus modernes.

Si le bâtiment fut achevé en respectant les plans de Jarl Eklund, le parc, lui, fut livré amputé de certaines qualités paysagères présentes dans le dessin d’origine.Le boulevard des bosquets constitue une zone tampon entre la ville, le centre de music Pop et le musée de la marine. Ce lieu est ponctué de petits bosquets dont le rythme se dilate ou se densifie en fonction des besoins d’espace libre.

Malgré cela, le manoir et son parc sont en Finlande le symbole de la qualité et de l’élégance de l’architecture et du paysage provincial du début du vingtième siècle.La Plage de l’amour est une oasis paradisiaque et pop au milieu d’un environnement urbain et industriel. On imagine aisément venir s’y baigner et prendre un cocktail avant d’aller voir un concert.

Rapidement le manoir Joenniemi devient le musée Serlachius, abritant une collection d’oeuvres (majoritairement des peintures) d’artistes finlandais du début du vingtième siècle.

Aujourd’hui, le musée a besoin d’être agrandi et modernisé : les collections d’oeuvres se sont étoffées et ont été actualisées. La question posée par le sujet est : comment faire une extension moderne d’un bâtiment ancien?

Nous ne souhaitons pas faire naître de rivalités entre les deux architectures, nous voulons qu’elles s’épousent. Le manoir reste la tête de proue du musée. L’extension est un vecteur grâce auquel nous venons retrouver les qualités perdues du dessin d’origine du parc de Paul Olsson en réaffirmant la perspective sur le lac.

La suite du projet de paysage se déploie de façon évidente Nous réintroduisons les perspectives latérales, nous rétablissons un accès sur l’île, nous replantons les massifs géométriques de fleurs, nous restaurons l’allée d’entrée du parc ... Le projet consiste donc à affirmer un paysage dont la conception a été amorcée il y a un siècle et qui s’achève grâce à une extension contemporaine.